Quel est le coût d’un recrutement raté ?

14/05/2020 | Recrutement

Le recrutement est une étape inévitable lorsqu’on souhaite faire grandir son entreprise. Il est considéré, à juste titre, comme un investissement sur le long terme. Mais il arrive que les choses ne se passent pas comme prévu et que cela finisse par coûter de l’argent, et parfois de grosses sommes. Nous voulons bien entendu parler du recrutement raté. 

Mise en scène : vous avez un poste à pourvoir dans votre entreprise florissante, vous diffusez des annonces, rencontrez de nombreux candidats potentiels, portez votre choix sur un candidat pour l’engager et celui-ci décide de partir après 6 mois dans votre entreprise. Tout le travail de recherche, les entretiens et l’intégration de ce nouveau collaborateur n’auront finalement servi à rien, sauf peut-être à vous donner une bonne leçon. Cette petite histoire est assez commune. En moyenne, les recrutements arrivent à leur terme après 18 mois dans un cas sur deux. Si ça n’entre pas dans la définition précise d’un recrutement raté, ça s’en approche tout de même méchamment. 45% des CDI chez les moins de 24 ans sont rompus avant le terme de la première année. Ce n’est pas un phénomène exceptionnel, mais une vraie problématique des ressources humaines, dont il convient de parler. Voilà pourquoi nous avons décidé de consacrer un article à ce sujet.

 

Qu’est-ce qu’un recrutement raté ?

 Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, comme disait l’autre. Avant toute chose, il est important de donner une définition précise du sujet que nous avons décidé de traiter : le recrutement raté. Un recrutement est considéré comme raté ou comme ayant échoué lorsque le contrat est rompu dans la première année suivant sa signature. C’est une erreur de casting. Le recrutement est raté, même si le signataire part durant sa période d’essai. Maintenant que les choses sont claires, passons à la suite.

 

Comment se calcule le coût d’un recrutement raté ?

Un recrutement raté, ça coûte cher. D’accord, mais combien exactement ? Quel est son coût réel et comment le calculer ? L’estimation moyenne tourne autour des 40.000 € en moyenne, pour une fourchette allant de 20.000 € à 200.000 € dans les cas les plus rares. Il est impossible de donner un chiffre exact, car celui-ci dépend de nombreux facteurs. Parmi les éléments à chiffrer, certains sont des coûts directs et d’autres le sont moins. En voici une liste non-exhaustive :

 

Coûts directs :

  • La rémunération du salarié, le nombre de mois qu’il a été payé.
  • Les différents avantages et les primes.
  • Les charges patronales payées.
  • Les frais de licenciement quand il y en a.
  • Les dépenses pour trouver le candidat (annonces internet, autres, cabinet de recrutement, etc.)
  • Le temps passé par le service RH pour étudier de nombreux profils et en sélectionner un après un long processus.
  • Les dépenses et le temps passé par le service RH ou un cabinet de recrutement pour trouver un nouveau profil…

 

Coûts indirects :

  • Processus d’intégration ou formation
  • Désorganisation suite à son départ.
  • Perte possible de productivité pour l’équipe et surcharge de travail pour cette dernière.
  • Impact possible sur la marque employeur de la société.

 

Prenons un exemple concret. Pour dénicher le candidat qui vous quitte, vous avez dépensé 5.000 euros. Par la suite, vous avez fait des dépenses conséquentes pour le former et l’intégrer dans l’équipe (encore une belle somme quand on tient compte des frais connexes, comme les frais de déplacement et d’hébergement, par exemple). Côté salaire, imaginons une fiche de paie de l’ordre de 4.000 € bruts par mois, pendant 8 mois avant de partir. Ajoutez maintenant les charges patronales, une prime de 2.000 € et les divers frais indirects que nous vous avons évoqués plus tôt. On vous laisse faire l’addition, mais autant vous le dire tout de suite : elle est aussi salée que la mer morte… Le recrutement raté est à éviter à tout prix. Mais si c’est une véritable bête noire pour les entreprises, ce n’est pas une fatalité pour autant. Il ne tient qu’à vous de mettre différentes solutions en place pour limiter la casse.

 

Quelles sont les solutions pour éviter de rater un recrutement ?

Si vous avez déjà vécu un recrutement raté, vous devez impérativement trouver les raisons de cet échec. Si ce n’est pas le cas, vous devez baliser le terrain et installer de solides fondations pour éviter d’en être la prochaine victime. En plus de mettre le moral de vos collaborateurs en berne, de faire perdre de l’argent à votre entreprise, cela peut aussi nuire à votre réputation. L’heure n’est donc pas à la rigolade ! Mais pas de panique, voici quelques points que vous pourriez améliorer pour éviter cette malheureuse expérience.

 

Prenez votre temps

Le candidat a l’air idéal. Il semble vraiment taillé pour le job, né pour ce dernier, mais pas de précipitation, s’il-vous-plaît ! Prenez votre temps et prenez-le bien. Durant votre entretien, avez-vous joué la carte de la transparence et de la sincérité ? N’avez-vous pas glissé quelques gouttes d’eau dans votre vin ? Avez-vous clairement fait part de vos besoins au candidat ? A t’il bien saisi vos attentes et vos ambitions ? En êtes-vous sûr au point de mettre votre main à couper ? Vous vous devez d’être le plus précis possible : le candidat doit regarder dans la même direction que votre entreprise, que sa culture et ses valeurs ! Ne vous limitez jamais à un seul entretien. Faites venir le candidat dans vos locaux, vérifiez si ce qu’il dit est vrai et si ses compétences sont réelles grâce à des tests. Si le début de ce processus est prometteur, organisez une rencontre entre vos collaborateurs installés et ce potentiel nouveau salarié pour voir si le courant passe. Après cette phase, notez les avis et les premières impressions de votre équipe. Ne brûlez pas les étapes. Même si votre feeling est bon, il est prudent de se reposer sur des faits et sur la multiplication d’expériences avec le candidat.

 

Pourquoi ne pas externaliser vos recrutements ? 

Il est possible que ce cheminement vous demande trop de temps. Dans ce cas, n’hésitez pas à confier la tâche à un cabinet de recrutement, dont la spécialité est justement de dégoter la perle rare. Le job du recruteur, c’est de trouver LA personne qui correspondra parfaitement au poste à pourvoir dans votre entreprise. Faire appel à un cabinet de recrutement offre de nombreux avantages, n’hésitez pas à vous renseigner ! Par ailleurs, certains offrent des garanties pour vous éviter ce type de désagrément.

 

Développer votre marque employeur

Vous pourriez/devriez également songer à développer votre marque employeur. Mettre en place un sérieux processus d’onboarding, un processus d’offboarding et améliorer la qualité de vie au travail de vos salariés ne peut qu’améliorer leur fidélité. Et définir clairement votre identité vous permettra d’entrer en contact avec des candidats qui sauront déjà qui vous êtes.

 

Eviter les erreurs de recrutement n’est jamais un combat gagné d’avance, mais il mérite qu’on enfile sa paire de gants et qu’on monte sur le ring. Mais comme tout boxeur qui se respecte a besoin de son coach, toute entreprise a besoin de bons conseils. Nous serions ravis de vous accompagner sur toutes vos problématiques de recrutement. On en discute ?

cabinet de recrutement

Vous souhaitez être accompagné par des experts du recrutement ?

Découvrez nos solutions

Rédigé par François Gougeon,

Co-fondateur de Happy to meet you

Ces contenus pourraient vous intéresser !

La recrudescence des arnaques sur internet soulève de nombreuses questions quant à la sécurité digitale. En mars dernier, le commissariat de Tours (Indre-et-Loire) enregistrait plus de cinq dépôts de plainte par semaine pour escroquerie à la fausse offre d’emploi. Promesses de salaire exorbitant, courriers électroniques falsifiés, usurpations d’identité : les arnaqueurs savent habilement manipuler les demandeurs d’emploi. Quelques conseils pour savoir repérer les annonces douteuses et réagir face aux arnaques.

Lire la suite

flashbag