Soigner l’intégration d’un nouveau collaborateur avec le processus d’onboarding

27/11/2019 | Recrutement

Plus de 65 % des entreprises n’auraient toujours pas créé de processus d’intégration selon une étude de People Onboard. Quand on sait que, d’autre part, 80% des recrutés choisiraient de rester ou non durant leurs 6 premiers mois dans l’entreprise (enquête menée en 2013 par Aberdeen), il est plus qu’urgent de comprendre à quel point l’intégration d’une nouvelle recrue doit être encadrée !

Beaucoup d’entreprises misent essentiellement sur le recrutement en lui-même et cessent de s’impliquer lors de l’étape suivante : l’intégration. Pourtant, le processus d’onboarding est la clé de voûte d’un recrutement réussi. Un sondage récent montre que 98% des dirigeants considèrent que l’onboarding est un moyen efficace de lutter contre le turn-over.

Trouver la pépite qui fera prospérer votre entreprise est une tâche ardue, mais la garder peut être tout aussi difficile. Lâcher le nouveau collaborateur à son poste une fois son contrat de travail signé, sans plus s’intéresser à lui et à ses besoins, c’est prendre le risque de le voir claquer votre porte avant d’engranger les résultats escomptés. Environ 80 % des 15-34 ans abandonnent leur CDI dès la première année. Si ce chiffre peut être imputé à la fougue de la jeunesse et à l’émergence de désirs nouveaux, d’autres critères interviennent. Il est essentiel de les cerner et de les mettre en perspective, sans se voiler la face.

L’instauration d’un processus d’onboarding dans votre entreprise se profile désormais comme une étape incontournable, fondamentale. Votre nouveau collaborateur doit avoir envie de mouiller son maillot et d’afficher votre marque sur son étendard. Voyons donc, dans cet article, comment mettre en place un processus d’onboarding qui donnera l’envie de rester à vos nouveaux salariés, plutôt que d’aller voir ailleurs. 

L’onboarding, c’est quoi ?

Les premières heures dans une nouvelle entreprise sont comme les premières secondes dans une maison que l’on visite avec l’intention de l’acheter. Le feeling ressenti durant cette courte période est capable de déterminer si on restera ou non, si on achètera ou pas. La plateforme Easyrecrue a partagé que 20% des collaborateurs qui avaient rejoint une entreprise avaient pensé à en changer dès le premier jour, à cause d’un mauvais accueil, de cafouillages administratifs ou de déficiences matérielles.

L’onboarding – embarquement en français – consiste à gommer ces tristes erreurs en prenant soin d’accueillir le nouveau salarié dans les meilleures conditions possibles, tant sur le plan administratif et matériel que sur celui des relations humaines. Une période d’intégration réussie implique de prendre en compte le changement d’environnement que cela constitue pour le nouvel arrivant. Les entreprises ont généralement tendance à exiger une prise en main immédiate du poste, sans comprendre ni intégrer le fait que le nouveau salarié doit d’abord y trouver ses marques. En bref, l’onboarding, c’est faire attention au bien-être de votre nouvelle recrue dans son travail et veiller à ce qu’elle dispose de tous les éléments nécessaires pour pouvoir travailler convenablement.

Maintenant que tout est clair, donnons un coup de projecteur sur 7 astuces que vous pourriez mettre en place pour réussir le processus d’onboarding d’un nouveau collaborateur dans votre entreprise.

7 astuces pour réussir le processus d’onboarding d’un nouveau collaborateur

Soyez réalistes quant à votre offre

Cette première astuce relève du bon sens le plus élémentaire, et pourtant … Il n’est pas rare de voir des personnes quitter leur nouveau travail après quelques mois avec le détestable sentiment d’avoir été flouées. Quand un nouveau collaborateur arrive à son travail pour la première fois, il ne manque jamais de faire la comparaison entre ce qu’il avait préalablement imaginé et la tangible réalité des faits. Ceci expliquant cela, il est vraiment primordial de ne pas faire miroiter des choses impossibles à la personne que vous souhaitez recruter. Elle acceptera peut-être votre offre, mais tournera les talons aussitôt le simulacre découvert. Cette technique est contre-productive pour les deux parties. Faites donc en sorte que votre  discours soit en adéquation avec les conditions réelles du poste que vous proposez.

Pensez à prévenir de son arrivée en interne


L’arrivée de votre nouveau salarié doit être annoncée aux salariés déjà présents dans votre entreprise. Que ce soit par un simple mail, par un message sur votre blog ou via l’outil de communication que vous utilisez au sein de votre entreprise, il est important d’informer la ou les équipes de l’intégration d’un nouveau collaborateur. Ce préalable rendra les choses plus efficaces et plus agréables pour tout le monde. Il évitera les éventuels moments de gêne et les incompréhensions.

Votre nouvelle recrue a-t-elle le matériel nécessaire ?


C’est le b.a.-ba d’un « embarquement » réussi ! Veillez à ce que votre nouvelle recrue dispose dès l’entame de tout ce dont elle a besoin pour travailler et intégrer la vie de l’entreprise comme il se doit. Son badge, son adresse e-mail, son ordinateur, ses chaussures de sécurité, une tenue adéquate ou tout autre équipement requis pour l’exercice de ses fonctions doivent lui être donnés dès son arrivée sous votre toit. Le fait de se sentir attendu et de constater que tout a été coordonné pour bien vous accueillir démontre le sérieux de l’entreprise que vous rejoignez.

Parler des perspectives et des futurs projets qui le concernent


À l’instar d’un discours stratégique juste avant la bataille, histoire de gonfler les torses et de motiver les troupes, il est important de parler des aspirations de l’entreprise. Une synthèse sur les développements en cours, les futurs projets et les retombées attendues pour toutes et tous s’impose pour aider votre nouvelle recrue à se sentir concernée. Faites évidemment preuve de justesse en adoptant ce conseil. Il ne faudrait pas que votre nouveau collaborateur prenne ses jambes à son cou devant la montagne de travail dont vous lui parlez. L’objectif est plutôt de le sensibiliser aux aspirations de votre entreprise et de lui donner l’impression qu’il a toujours fait partie de vos projets.

Attribuer un tuteur à votre nouveau partenaire


Proposer un tuteur à votre nouveau salarié peut être une excellente idée. Ce tuteur, membre volontaire de l’équipe, officiera comme un guide pour le nouvel arrivant. Il lui partagera les bons plans pour se restaurer, lui donnera les adresses précieuses, les endroits où se retrouvent les autres salariés après le travail, etc. Ce sherpa pourra porter la philosophie de l’entreprise et favoriser l’intégration de la nouvelle recrue. Cette astuce très informelle présente tous les avantages du facteur humain. Elle est imparable pour sociabiliser le nouvel arrivant.

Favoriser les interactions avec les autres salariés


Durant sa première journée de travail, il est important de faire visiter les locaux à votre nouvelle recrue. Ce petit tour du propriétaire vous permettra, au fil des rencontres, de faire les présentations pour amorcer les interactions entre le nouveau collaborateur et les autres membres de l’entreprise. Organiser un petit déjeuner ou un moment convivial pour accueillir votre nouveau salarié est également une excellente idée ! Sentir qu’on est attendu n’est jamais une mauvaise chose. Au terme de son premier jour de travail, le nouveau venu aura serré un certain nombre de mains et aura pu sentir l’atmosphère qui règne dans vos locaux.

Faites le point avec votre nouveau collaborateur régulièrement


La 7ème et dernière astuce  pour réussir le processus d’onboarding d’un nouveau collaborateur consiste à ne pas lâcher le suivi durant sa période d’essai. Appliquez-vous à faire le point régulièrement, toutes les deux semaines ou tous les mois, par exemple. Cela vous permettra de relever les points positifs liés à son intégration, mais également de déceler les éventuels problèmes auxquels votre collaborateur doit faire face. Ce suivi attentif permettra de lever les lièvres en temps utile et de trouver une parade avant que l’intéressé ne décide de quitter son poste.

Ne passez pas à côté d’un onboarding rondement mené


Comme vous l’aurez compris, le temps où on se permettait d’engager un nouveau collaborateur sans se préoccuper de lui par la suite est totalement révolu ! Vous avez maintenant quelques clés pour mettre en place un processus d’onboarding efficace, afin de limiter les départs précipités et de donner envie à vos nouvelles recrues de rester dans votre entreprise. Soigner l’intégration d’un nouveau partenaire est tout aussi important que de veiller aux conditions de son départ. Si vous n’êtes pas tout à fait à jour sur les bonnes pratiques à adopter dans ce deuxième cas de figure, n’hésitez pas à lire notre article sur l’offboarding des collaborateurs.

Rédigé par Florent Letourneur,

Co-fondateur de Happy to meet you

Ces contenus pourraient vous intéresser !

Dur, dur de recruter un développeur ou une développeuse, n’est-ce pas ? Et si nous vous livrions nos conseils miracles pour réussir votre pêche aux talents ! Les études, la réalité du terrain, tout le démontre : de nos jours, il est difficile de trouver un développeur disponible. Alors que plus de 95 % des devs (c'est leur petit nom) français sont déjà en poste, comment faire pour les attirer dans vos filets ou plutôt pour leur donner envie de venir travailler chez vous ou ne serait-ce que pour les intéresser à votre proposition. Notre bon cœur nous oblige à vous confier les clés des bonnes pratiques pour enfin réussir à embaucher la perle qui manque à votre entreprise.

Lire la suite

flashbag