Le processus de recrutement idéal existe-t-il ?

03/09/2020 | Recrutement

Comment dénicher les meilleurs candidats ? Comment les convaincre ensuite de rejoindre votre entreprise ? Ces deux questions forment le fil rouge de tous les processus de recrutement, puisque toutes les entreprises partagent un même objectif : embarquer les meilleurs sur leur vaisseau ! Mais que faire pour avoir une petite chance de gagner la fameuse guerre des talents ? Quand et comment disposer vos pions sur l’échiquier pour prendre un coup d’avance sur vos concurrents ? Une martingale, une recette miracle ?

Hélas non, ce serait trop simple… Et ça se saurait !

 

En matière de recrutement, la seule « magie raisonnable » puise ses racines dans l’expérience. Et c’est une source bien utile, puisque le vécu permet de faire un sacré tri entre les choses à faire et les pièges à éviter.

 

Quelles sont les bonnes ficelles, où sont les trous dangereux ? Si vous cherchez le sherpa du recrutement, Happy to meet you vous tend la corde : bienvenue pour ce raid-conseil sur la piste du recrutement idéal !

 

Recrutement idéal : qui fait quoi ?

Pour aller de l’avant, vous avez fait le point et la décision est prise : vous devez engager une ou plusieurs nouvelles recrues. En ce moment précis, vous êtes encore à l’étape zéro du processus : la page est blanche et tout reste à faire. Dès ce moment, une question-clé surgit : qui va se charger du processus de recrutement ? Votre réponse va naturellement dépendre de plusieurs facteurs : le nombre de personnes à engager, votre situation géographique, l’urgence, la qualification des profils recherchés, la profusion ou la rareté des candidatures potentielles, le budget à consacrer…

 

En fonction de ces divers éléments, vous vous chargerez du recrutement en interne ou vous déciderez de confier cette mission à une société spécialisée, telle qu’un cabinet de recrutement. Si vous optez pour cette seconde alternative, Happy to meet you ne vous dira certainement pas que c’est un mauvais plan. Et c’est un avis sincère, sans parler de l’économie que l’on peut observer quand on se penche sérieusement sur l’équation financière du recrutement !

 

La toute première chose que l’expérience démontre, c’est que le recrutement demande du temps, beaucoup de temps… et que tout le monde ne l’a pas ! Ceux qui baignent régulièrement dans le dédale des annonces connaissent la musique. Ils pourront compenser les aléas des heures perdues par leur maîtrise des techniques de recrutement. Mais quid pour tous ceux qui ne connaissent pas les jobboards, les circuits d’annonces, l’usage des réseaux, les bons plans et les plateformes incontournables ?

 

À vrai dire, notre question rhétorique dépasse largement le cadre du recrutement : « Est-il professionnellement raisonnable de se lancer dans une opération chronophage dont on ne maîtrise pas les rouages ? » Vous avez 120 minutes !

 

Pour résumer notre point de vue, disons ceci : si vous devez recruter des personnes très qualifiées pour des jobs qui auront une forte influence et que vous n’avez pas l’habitude de le faire, confiez cette mission à un cabinet de recrutement spécialisé.

 

Dans les autres cas, vous pouvez décider d’assurer votre processus de recrutement par vous-même, de bout en bout, en vous appuyant sur toute une série de conseils. En voici quelques-uns :

 

Prise de brief

Si vous choisissez de faire intervenir un conseiller en recrutement dans votre processus d’embauche, il est important de préparer la prise de brief. C’est un rendez-vous capital. À son terme, le recruteur doit avoir une vue complète sur les tenants et les aboutissants du ou des postes à pourvoir.

 

La pertinence des informations récoltées lors de cette prise de brief est décisive. Quels sont vos enjeux stratégiques, les défis à relever, les qualités déterminantes dont vous avez besoin ? Le recruteur doit avoir des réponses claires à ces questions-clés pour pouvoir cadrer sa recherche et mettre la main sur votre oiseau rare.

 

 

Rédaction des annonces

La rédaction d’une annonce reste souvent l’une des premières étapes d’un processus de recrutement. Cette mission incontournable doit être exécutée avec toute l’attention qu’elle mérite. Pour vous motiver à prendre cette étape très au sérieux, pensez à l’effet miroir ! Dites-vous que le reflet de votre annonce dans les yeux du candidat (il ou elle bien sûr) dont vous rêvez doit être aussi brillant que le CV que vous espérez pouvoir lire en retour. À ce sujet, vous pouvez retrouver les précieux conseils de Sindy, consultante en Recrutement chez Happy to meet you, pour rédiger une offre d’emploi attractive.

 

Publication sur les jobboards

Il existe désormais une multitude de jobboards – littéralement « panneaux d’affichage » – pour assurer la diffusion de vos annonces de recrutement vers un public plus ou moins large ou ciblé.

Vous pourrez vous limiter à la publication d’annonces gratuites ou souscrire à une formule payante pour bénéficier d’une meilleure visibilité et d’un rafraîchissement régulier de vos publications. Pour espérer un retour satisfaisant, nous avons égrené une série de conseils bien utiles dans notre article sur le taux de conversion sur les jobboards. Par ailleurs, les réseaux sociaux ne sont pas à négliger lorsqu’on diffuse une annonce. Ces derniers peuvent être diablement efficaces.

 

Honnêteté et transparence

On ne le dira jamais assez : le pire dans un processus de recrutement, ce sont les illusions perdues, d’un côté ou de l’autre ! Si vous espérez recruter un candidat loyal et fiable pour booster vos affaires, veillez à honorer, de votre côté, toutes les promesses que vous mettez sur la table. Que ce soit dans les mots que vous imprimez ou dans les paroles que vous échangez lors d’un entretien d’embauche, il est important d’être clair, précis, transparent et honnête.

 

Tout ce qui peut éviter les quiproquos et les malentendus sera bénéfique pour asseoir une collaboration durable… et c’est l’un des enjeux d’un recrutement réussi. Comme chacun le sait, la menace qui plane sur le recrutement, c’est le turn-over. Dans son étude « Preparing for Take-Off », le cabinet Hay Group montrait que 22% des employés quittaient leur job dans les 45 premiers jours.

 

Ce seul chiffre démontre que le recrutement raté n’est pas une chimère. Et le pire, c’est que ça rime avec cher. Le coût d’un recrutement raté se situe autour des 40.000 € en moyenne, pour une fourchette allant de 20.000 € à 200.000 € dans les cas les plus rares.

 

 

Processus d’onboarding

Quand vous aurez enfin trouvé le candidat, après les entretiens d’embauche et la fameuse short-list, la mission de recrutement ne sera pas totalement terminée !

 

Le processus d’onboarding en fait également partie. L’art d’accueillir un nouveau talent dans votre équipe est déterminant pour qu’il trouve ses marques et cette notion essentielle : le plaisir de travailler. Il n’est pas rare d’évoquer le processus de l’onboarding en alignant 4 C : la clarification, la connexion, la conformité et la culture.

 

La notion de clarification colle pleinement avec l’esprit honnête évoqué ci-avant. Dès ses premiers pas dans son nouvel environnement, le candidat doit se sentir en phase avec tout ce qu’il a lu et entendu précédemment.

 

La connexion s’entend sous l’angle des relations humaines. Il importe que le nouvel arrivant tisse rapidement quelques passerelles avec ses collègues. L’organisation d’un pot informel ne peut nuire à personne.

 

La conformité porte sur l’aspect administratif. Il s’agit simplement de s’assurer que les clauses notifiées dans le contrat sont bien respectées et que la nouvelle recrue dispose des éléments matériels dont elle a besoin pour travailler.

 

La quatrième étape, c’est le « c » de culturel. S’il existe une charte dans l’entreprise et/ou une série d’usages – une cantine, l’accès à une salle de repos, des habitudes de co-voiturage, une pratique sportive entre collègues ou un rituel pour les cagnottes d’anniversaire, entre 50 exemples -, il convient évidemment d’en informer le nouveau collaborateur pour lui donner toutes les clés d’une intégration réussie.

 

La marque employeur, c’est votre alliée numéro 1 !

Publier les annonces d’emploi, chercher les candidats, organiser les entretiens de recrutement, établir une short-list, choisir les élus, les accueillir et faire en sorte qu’ils vous restent fidèles. Tous ces points nous ramènent au constat de départ : le recrutement prend du temps. L’une des façons de raccourcir le cycle du recrutement, c’est de devenir un aimant naturel pour attirer les talents qui sont à la recherche d’un emploi.

 

Alors comment rendre son entreprise plus attractive ? Comment développer sa marque employeur ? Ce capital de séduction est devenu une clé essentielle pour emporter la décision des candidats. Tous les indicateurs l’attestent et le démontrent. Ce constat dicte notre conclusion : un processus de recrutement idéal ne peut plus se concevoir sans une réflexion sur la stratégie marque employeur.

 

Comme toujours, l’équipe d’Happy to meet you est dans les starting-blocks, prête à vous assister au moindre signal. Si vous souhaitez un avis compétent pour décrocher un super-candidat ou des outils pour stimuler votre marque employeur, il suffit de nous contacter !

Rédigé par Norjahann Bessaoud,

Consultante en recrutement

Ces contenus pourraient vous intéresser !

Comment concevoir une page carrière performante ? Quels sont les conseils à suivre, les bons plis, les astuces et les pièges à éviter ? Avant de lister les nombreux ingrédients de la recette, commençons par la définition du plat : ce qu’on appelle la page ou le site carrière, c’est la vitrine qu’une entreprise affiche en ligne pour proposer les postes à pourvoir en son sein. Selon les cas, la fréquence et/ou le volume des recrutements, il peut s’agir d’une page immergée dans le site principal ou d’un site distinct, spécifiquement créé par l’entreprise.

Lire la suite

flashbag