Le recrutement est un secteur qui évolue avec les époques comme avec la société. Que l’on soit du côté du recruteur ou du candidat, certains codes du recrutement changent afin de s’adapter aux nouvelles générations. Analyse.

Le marché se relance

La relance de l’économie en France a permis aux entreprises d’organiser des campagnes de recrutement. En 2018, les postes à pouvoir sont plus nombreux que les candidats en quête d’un emploi. Les entreprises investissent dans la recherche de nouveaux talents avec un engagement plus fort dans la qualité du recrutement. Cette volonté de détecter les meilleurs candidats à un impact sur les délais de recrutement.

« Pour les postes de salariés non cadres, le délai de recrutement est de 3 mois et s’allonge à 4 mois pour un poste de cadre ».

Certaines entreprises soumettent des tests aux candidats sous forme d’épreuves de courte durée. Ces tests permettent de valider si le candidat a les compétences techniques nécessaires pour le poste. Il est par exemple possible d’évaluer la bonne maîtrise de l’orthographe ou encore l’utilisation de certains outils informatiques spécifiques. Le but est d’appréhender concrètement les compétences du candidat.

Quels sont les processus de recrutement actuels ?  

Grâce aux réseaux sociaux, la prise de contact entre les candidats et les recruteurs est plus instantanée. Certaines entreprises décident de réaliser les premiers entretiens à distance en vidéoconférence. Cela permet de découvrir la personne sans frais de déplacement et un gain de temps considérable. Si le profil du candidat est convaincant lors de ce premier contact, l’entreprise pourra le convoquer en entretien réel afin d’en savoir un peu plus sur sa personnalité et son expérience. Ce n’est qu’après ce deuxième entretien que l’entreprise pourra demander au candidat de réaliser un test de compétences. Ces recrutements sont plus complets car les entreprises souhaitent, au-delà des compétences, connaître la personnalité du candidat, ce qui rallonge les délais de recrutement.

Que recherchent les candidats ?  

Comme nous l’avons dit auparavant, la proportion de poste à pouvoir est plus importante que le nombre de personnes en recherche d’emplois. Cela est un avantage pour les candidats car ils ont un pouvoir de négociation sur les salaires. Même s’il s’agit d’un élément important, ce n’est plus le seul facteur déterminant. Les candidats recherchent aujourd’hui une meilleure qualité de vie au travail. Dans certains cas, ils sont même prêts à accepter un salaire inférieur pour bénéficier d’une réelle ambiance d’entreprise. Les jeunes générations sont très attachées à la relation qu’ils entretiennent avec leurs collègues et leurs supérieurs. On a pu s’en apercevoir depuis le développement des startups, mélangeant travail et détente. Les bureaux se sont également adaptés avec notamment des open space aménagés, laissant plus de place à la détente afin de rendre la vie d’entreprise plus agréable.

« 90% des personnes révèlent qu’elles accordent plus d’importance au lieu dans lequel elles sont reçues plutôt qu’à la ou les personnes qui menaient l’entretien selon une étude du cabinet de recrutement Robert Half. »

Ces nouvelles attentes de la part des candidats ont donné naissance à un nouveau domaine qui est la marque employeur. Les entreprises ont tout intérêt à communiquer sur l’ambiance au travail ainsi que sur leurs locaux pour attirer de nouveaux candidats.

Nous remarquons que la situation du recrutement est en évolution constante avec la société et l’on constate désormais que les candidats ont une influence plus importante dans le recrutement. C’est donc aux entreprises de s’adapter aux nouvelles générations pour rester compétitives. 

Vos réactions