Avantages en nature : qu’est-ce qui fait courir les salariés ?

01/07/2020 | Recrutement

Il existe une multitude de clés et de notions à maîtriser pour mener une entreprise sur les chemins du succès. Mais entre toutes, celle qui occupe invariablement la première place sur le podium, c’est le « Good Will » des ressources humaines. L’engagement, le savoir-faire et la motivation des collaborateurs sont toujours au centre du débat. Pour maintenir ces 3 indices dans une zone optimale, à la fois satisfaisante pour l’employeur et l’employé, le salaire en tant que tel ne suffit pas toujours. Pour l’assaisonner, il faut s’intéresser à d’autres ingrédients : ceux qu’on appelle les avantages en nature.

Comment définir les avantages en nature ?

L’avantage en nature n’est pas un salaire à proprement parler, mais il ne manque pas de valeur pour autant. La plupart des bonifications restent chiffrables. Sur un plan comptable, l’entreprise doit donc garder à l’esprit que les avantages en nature sont assujettis aux cotisations sociales.

 

Pour définir l’avantage en nature d’une façon générale, on peut dire que c’est un bien, un service ou une prestation que l’employeur a le loisir d’ajouter à la rémunération de ses salariés pour la compléter. Ces avantages peuvent faire partie d’une convention collective décidée par l’employeur au profit de tous ses collaborateurs et/ou faire l’objet d’un accord spécifique avec un employé donné, dans le cadre de son contrat nominal.

 

Pour que la notion d’avantage soit clairement perceptible, il est entendu que le salarié ne doit pas payer cette prestation ajoutée, du moins pas au tarif normalement applicable. Si l’avantage en nature octroyé à Monsieur Dupont par la société X est la mise à disposition d’un logement, par exemple, elle pourra demander une participation locative, mais cette quote-part devra forcément être inférieure au loyer logiquement exigible pour l’habitat concerné.

 

Les avantages en nature préférés des salariés français

Maintenant que cette notion d’avantage en nature est éclaircie, voyons quels sont les plus répandus et les plus appréciés par les collaborateurs.

 

L’idée de cet article, c’est de s’intéresser aux avantages qui ne sont pas 100% financiers. Les diverses primes qu’un employeur peut mettre en place pour motiver ses troupes en fonction de certains objectifs n’entrent donc pas dans le contexte de ce tour d’horizon. Idem pour la carotte financière qu’un patron peut glisser dans le contrat individuel de tel ou tel autre cadre pour une mission donnée.

 

Notre objectif, c’est de lister les avantages dont la valeur peut s’exprimer avec des arguments non financiers : le confort, la facilité, le côté pratique, etc…

 

Les titres repas, un avantage nature ?

 Les titres repas sont parfois listés dans les avantages en nature, mais il faut noter que l’Urssaf les considère comme des frais professionnels. Dans ce contexte, ils représentent plutôt ce qu’on appelle un avantage social.

 

Dans cet article, ce n’est pas le volet fiscal qui importe. Notre idée, c’est de mettre en avant les avantages qu’une entreprise peut mettre en place pour compléter le salaire de ses employés d’une façon séduisante. Pour le coup, les tickets restaurant constituent un plus très apprécié.

 

Le système est accessible à toutes les entreprises, même les plus petites, qui n’y pensent pas toujours. Indépendamment du système de tickets, certaines entreprises disposent d’une cantine sur le lieu de travail. Il est clair que cela constitue une autre forme d’avantage, avec un gain de temps appréciable pour tous les collaborateurs.

 

Les véhicules de fonction

On parle de véhicule de fonction quand la voiture mise à la disposition d’un employé lui permet de l’utiliser indifféremment pour ses déplacements professionnels et privés. Quand le véhicule est strictement utilisé au profit de l’entreprise, on parle alors d’un véhicule de service.

 

Le fait de disposer d’un véhicule de fonction constitue l’un des avantages les plus appréciés par les salariés. Quand on fait le tour des frais liés à l’utilisation d’une voiture et des mauvaises surprises qui peuvent surgir sous un capot, c’est un avantage consistant, doublé d’une tranquillité d’esprit. Comme le stipule de site de l’Urssaf, l’entreprise n’est pas tenue d’acheter un véhicule pour offrir cet avantage, puisque cela peut également s’envisager par le biais d’un contrat de location.

 

La technologie du dernier cri

Comme il est quasiment impossible de vivre et de travailler sans recourir aux NTIC – les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication -, nombreuses sont les entreprises qui se proposent d’outiller leurs salariés avec des équipements qu’ils pourront utiliser dans un contexte professionnel, mais également dans leur vie privée, ce qui constitue l’avantage en nature.

 

Outre le matériel, l’entreprise peut fournir des logiciels et prendre en charge divers forfaits d’utilisation, étant entendu que ces bonifications en nature seront soumises aux cotisations et contributions sociales.

 

Un logement de fonction

Comme évoqué précédemment, la rémunération de certaines personnes peut être complétée par la mise à disposition d’un logement. La valeur de cet avantage en nature doit être estimée par l’employeur pour le paiement des cotisations sociales.

 

Quel que soit le calcul opéré – sur base d’un forfait ou selon le barême publié chaque année -, il est clair que le bénéfice d’un toit peut représenter un atout considérable pour l’employé, d’autant que l’employeur peut également prendre en charge la taxe d’habitation et les primes d’assurance relatives au bâtiment.

 

Chèques vacances et chèques cadeau

À côté des chèques repas, il n’est pas rare que le CSE (Comité Social et Economique) de l’entreprise décide d’attribuer des chèques-vacances et autres chèques-cadeaux. L’attribution de ces divers chèques – auxquels on peut associer les chèques-culture – constitue un avantage en nature.

 

Sur un plan comptable, l’entreprise doit intégrer ces apports à la rémunération des salariés pour le calcul des charges, mail il existe des conditions d’exonération à explorer.

 

D’autres idées et avantages

En parcourant les sources d’informations, on peut encore pointer d’autres idées d’avantages pour compléter notre petite liste. Citons encore quelques exemples :

  • La participation aux frais de transport
  • L’accès à des taux préférentiels pour certains crédits
  • Les chèques emploi-service
  • Les cotisations pour une retraite complémentaire
  • Les services variés d’une conciergerie physique ou digitale

 

Un arsenal de solutions au profit de la marque employeur

Comme on le voit, les avantages en nature sont multiples et variés. Ils sont monnaie courante depuis longtemps dans certains secteurs professionnels et incontournables pour certaines fonctions. Citons notamment les jobs liés à la vente et à la représentation, sans oublier les postes de direction.

 

Ce qu’on observe aujourd’hui, c’est que cette politique de diversification des avantages gagne du terrain. Entre les lignes, on peut y voir un parallèle avec l’évolution de la qualité de vie au travail. Il y a comme un air de famille entre les deux phénomènes. Mais il reste des kilomètres à parcourir. Celui qui veut voir les chiffres sous un angle favorable peut se référer à l’étude Malakoff-Médéric conduite par Sociovision/Ifop en 2018 : 73% des sondés s’estiment satisfaits de leur vie au travail. Si ce chiffre est encourageant, il s’accompagne d’un constat qui doit interpeller tous ceux qui ont à cœur de soutenir leurs ressources humaines : 68% des personnes interrogées déclaraient que leur travail était nerveusement fatigant.

 

Il y a donc des idées à puiser dans le catalogue des avantages en nature pour atténuer cette fatigue nerveuse et renverser un autre chiffre perturbant : 35% des Français éprouvent des difficultés pour concilier leur vie professionnelle et leur vie privée. Pour fidéliser vos collaborateurs et séduire les candidats qui pourraient compléter votre équipe, il faut être plus attentif que jamais. Toutes les démarches susceptibles de valoriser votre marque employeur méritent une attention redoublée. Dans ce contexte, l’équipe d’Happy to meet you est toujours disponible pour vous assister et vous conseiller. Au moment qui vous semble opportun, n’hésitez pas à nous contacter pour organiser une entrevue.

stratégie marque employeur

Vous souhaitez être accompagné dans votre stratégie Marque Employeur ?

Découvrez nos prestations

Rédigé par François Gougeon,

Co-fondateur de Happy to meet you

Ces contenus pourraient vous intéresser !

Abandon de poste, salariés boomerang, no show après embauche, il va falloir composer avec cette nouvelle donne. C’en est fini du salarié d’une fidélité légendaire, celui qui respecte scrupuleusement les procédures, celui qui, à l’instar des sujets de l’empereur du Japon, se présente devant sa hiérarchie avec “stupeur et tremblements.” Terminé.

Lire la suite

Parler de son entreprise sur les réseaux sociaux, c’est tout un art à maîtriser ! Les équipes de la communication en sont les rois. Mais aujourd’hui, les candidats ont également besoin de proximité avec leurs futurs collaborateurs avant même leur arrivée dans l’entreprise. Convertir vos salariés en salariés ambassadeurs, est-ce la solution ? Bien évidemment et nous allons vous le prouver.

Lire la suite

Qu’il s’agisse d’un outil de travail ou d’un simple loisir, l’utilisation des réseaux sociaux par les salariés est un sujet encore flou pour les entreprises. Avec une avancée des lois visant à protéger la propagation des fakes news et une prise de conscience générale de l’importance de ses propos sur les médias d’internet, nous vous proposons de découvrir quelles sont les limites des salariés sur l’utilisation des réseaux sociaux. Décryptage.

Lire la suite

flashbag