Pourquoi recruter des salariés de plus de 50 ans ?

14/09/2020 | Recrutement

Les profils seniors constituent bien souvent d’excellents éléments dans une entreprise. Malheureusement, ces derniers voient injustement encore trop régulièrement leurs candidatures écartées au bénéfice de candidats plus jeunes.

En 2019, le taux d’activité des personnes de 55 à 64 ans était de 56 % et de 35,4 % seulement pour les individus âgés de 60 à 64 ans. Face au début de récession économique en cette rentrée, en raison de la récente crise sanitaire, les répercussions sur l’emploi des plus de 50 ans, déjà fortement sinistré, risquent d’être conséquentes. Afin de dynamiser l’emploi des seniors, il est nécessaire de combattre un grand nombre d’idées reçues, d’autant que de multiples dispositifs avantageux soutiennent les entreprises qui décident de faire appel à eux.

 

recrutement de seniors

 

Les seniors, des salariés fiables et motivés

À l’instar des autres secteurs de la société, le monde de l’entreprise a tendance à écarter les salariés les plus âgés. Sur un marché du travail hyper concurrentiel, les seniors en recherche d’emploi éprouvent plus de difficultés à retrouver une activité que le reste de la population. Rarement perçus comme une plus-value, les profils seniors plus âgés souffrent effectivement d’une image négative auprès des spécialistes du recrutement : salaire plus élevé, manque de motivation, difficulté de management, absentéisme, dépassés par les outils numériques… Liées à des stéréotypes et des clichés, ces discriminations des personnes âgées, portant le nom d’âgisme, sont répréhensibles au regard de la loi et doivent être combattues.

 

Avec des avantages certains, les profils seniors sont pourtant une ressource essentielle pour l’entreprise. Les candidats âgés possèdent en effet des qualités et compétences allant de pair avec l’âge : une grande expérience et un ensemble de savoir-faire qui leur permettent d’être rapidement opérationnels, une expertise et une maturité dans les relations interpersonnelles, une capacité à faire preuve de discernement et à s’adapter, une richesse dans le transfert de leurs compétences aux juniors, une motivation qui les pousse à rester fidèle à l’entreprise. Leur âge et leur savoir-être sont des atouts majeurs auprès des clients et prestataires qui leur accordent spontanément plus de confiance et de crédit. Les seniors sont par ailleurs plus stables et plus flexibles sur leurs horaires de travail, nombre d’entre eux n’ayant plus de famille à charge. La maîtrise de l’informatique et des outils numériques n’est plus un obstacle, cette génération ayant appris à les utiliser tout au long de leur carrière.

 

D’autre part, et contrairement aux préjugés, les seniors, conscients des difficultés du marché de l’emploi, se déclarent prêts à adapter leurs prétentions salariales. Différentes aides déployées par les pouvoirs publics pour leur embauche permettent, qui plus est, d’abaisser leur coût de revient.

 

Les dispositifs de soutien à l’emploi senior

Afin de soutenir l’emploi des seniors durement frappé notamment par le chômage de longue durée, l’État a mis en place différents dispositifs spécifiques :

 

Destiné aux individus proches de la retraite, le CCD senior s’adresse aux candidats âgés de 57 ans ou plus, sous réserve qu’ils soient inscrits à Pôle emploi depuis plus de trois mois. La durée maximale de ce type de contrat est de 36 mois contre 18 mois seulement pour un CDD classique. Sachant que le recours massif aux CDD est soumis à un bonus-malus dans plusieurs secteurs d’activité depuis le 1er janvier 2020, il s’agit d’un atout certain.

 

Effectué en alternance (150 heures de formation par an), le contrat de professionnalisation s’adresse aux demandeurs d’emploi âgés de plus de 45 ans. Ce dispositif permet à l’entreprise de bénéficier d’une aide financière de 2000 euros quel que soit le statut de l’employeur et le type contrat (en CDD comme en CDI).

 

► Considérées comme public éloigné de l’emploi, les personnes de plus de 50 ans bénéficiant des minimas sociaux peuvent également bénéficier du Contrat Unique d’Insertion – Contrat d’Accompagnement à l’Emploi (CUI-CAE) pour une durée maximum de 60 mois. Spécifique au secteur non-marchand, ce type de contrat permet de bénéficier d’une aide modulée de l’État (de 30 % à 60 % du salaire brut versé) et exonère l’employeur, dans la limite du SMIC, des cotisations patronales et contributions de Sécurité sociale. Si le contrat signé est en CDD, il exempte également du paiement de la prime de précarité en fin du contrat.

 

Si le Gouvernement a annoncé mi-juillet un grand plan pour soutenir l’emploi et la formation des jeunes, plus fragile en période de récession, l’emploi des seniors reste une grande priorité des politiques de soutien économique du marché du travail.

Ces contenus pourraient vous intéresser !

Comment concevoir une page carrière performante ? Quels sont les conseils à suivre, les bons plis, les astuces et les pièges à éviter ? Avant de lister les nombreux ingrédients de la recette, commençons par la définition du plat : ce qu’on appelle la page ou le site carrière, c’est la vitrine qu’une entreprise affiche en ligne pour proposer les postes à pourvoir en son sein. Selon les cas, la fréquence et/ou le volume des recrutements, il peut s’agir d’une page immergée dans le site principal ou d’un site distinct, spécifiquement créé par l’entreprise.

Lire la suite

Comment dénicher les meilleurs candidats ? Comment les convaincre ensuite de rejoindre votre entreprise ? Ces deux questions forment le fil rouge de tous les processus de recrutement, puisque toutes les entreprises partagent un même objectif : embarquer les meilleurs sur leur vaisseau ! Mais que faire pour avoir une petite chance de gagner la fameuse guerre des talents ? Quand et comment disposer vos pions sur l’échiquier pour prendre un coup d’avance sur vos concurrents ? Une martingale, une recette miracle ?

Lire la suite

flashbag