Le physique : encore un critère de discrimination à l’embauche ?

15/06/2017 | Recrutement

Ce n'est pas une surprise : les préjugés et discriminations liés au look sont encore nombreux dans un contexte de recrutement.

Looks atypiques : source de discrimination à l’embauche

Ainsi, selon une étude menée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en 2016 auprès des demandeurs d’emplois, 10% des femmes et 6% des hommes disaient avoir été discriminés à l’embauche pour leur apparence physique. Sont particulièrement en cause : le poids et les looks “atypiques” (tatouages, piercings, coiffure…).

Pourtant, légalement, le critère de l’apparence physique fait partie des motifs de discrimination à l’embauche interdits depuis 15 ans, tout comme l’âge, l’origine, ou l’orientation sexuelle…

Se renseigner (encore) sur les codes de l’entreprise

De manière plus globale, selon l’étude, parmi les situations les plus pénalisantes à l’embauche, le fait d’avoir un style non conforme aux codes de l’entreprise est cité à 85% par les femmes et à 78% par les hommes.

En effet, au-delà de l’apparence physique en elle-même, il faut tenir compte du contexte. Dans l’inconscient collectif, le visage tatoué d’un barman choquera moins que celui d’un médecin ou d’un banquier.

Ainsi, il est encore aujourd’hui conseillé de se renseigner sur les codes de l’entreprise avant de se rendre à un entretien d’embauche.

Nos autres articles sur le sujet :

Ouverture aux looks dit « atypiques » dans la marque employeur

Par ailleurs, la non-discrimination liée à l’apparence physique n’apparaît pas dans la législation européenne. Est-ce parce que ce n’est pas nécessaire ?

En même temps, dans les villes à la pointe de la mode et des tendances comme Berlin ou Londres, le style n’a pas d’importance. Cela pourrait donner espoir aux défenseurs de la liberté de look.

Nous pouvons vraiment espérer que l’émergence du digital, des nouveaux modes de travail et l’arrivée des nouvelles générations contribueront à faire évoluer les mentalités et faire tomber les préjugés sur les looks atypiques.

Quelques entreprises semblent avoir passé le pas. L’ex-PDG des poêles Invicta a réussi à en faire une vraie force en alliant son style lunettes noires, barbe et dreadlocks à des slogans décalés mémorables. De toute façon, les entreprises vont devoir intégrer leur ouverture aux looks dit « atypiques » dans leur marque employeur.

Il reste encore du chemin à faire pour que l’apparence physique ne soit pas du tout prise en compte dans les recrutements. Patience, l’ouverture des esprits prend du temps !

Rédigé par Florent Letourneur,

Co-fondateur de Happy to meet you

Ces contenus pourraient vous intéresser !

Dur, dur de recruter un développeur ou une développeuse, n’est-ce pas ? Et si nous vous livrions nos conseils miracles pour réussir votre pêche aux talents ! Les études, la réalité du terrain, tout le démontre : de nos jours, il est difficile de trouver un développeur disponible. Alors que plus de 95 % des devs (c'est leur petit nom) français sont déjà en poste, comment faire pour les attirer dans vos filets ou plutôt pour leur donner envie de venir travailler chez vous ou ne serait-ce que pour les intéresser à votre proposition. Notre bon cœur nous oblige à vous confier les clés des bonnes pratiques pour enfin réussir à embaucher la perle qui manque à votre entreprise.

Lire la suite

L’externalisation du recrutement, appelée aussi RPO (pour Recruitment Process Outsourcing et/ou Recrutement à temps partagé) répond aux sables mouvants actuels du monde de l'entreprise. Plus que jamais ballottées entre les désidératas des candidats et leurs besoins de talents en fonction de leur carnet de commandes, différentes solutions s'offrent à elles. Le RPO, parmi tous les acronymes qu'il faut se farcir, est sans doute une solution qui, bien qu’ancienne, n'en devient pas moins hype à l'aube de 2020. Pourquoi, comment ? Allons voir si le RPO fait bien son boulot...

Lire la suite

Selon une étude menée par Manpower en 2019, 29% des entreprises rencontrent des difficultés de recrutement. La pénurie de talents constitue une tendance depuis 10 ans maintenant, qui ne semble pas près de s’arrêter. Le cabinet de recrutement américain Korn Ferry prédit ainsi que la France manquera d’1,5 million de salariés très qualifiés d’ici à 2030 ! Alors, qui sont ces profils pénuriques et surtout, comment les séduire ?

Lire la suite

flashbag