Le RPO, la meilleure solution de recrutement ?

22/10/2019 | Recrutement

L’externalisation du recrutement, appelée aussi RPO (pour Recruitment Process Outsourcing et/ou Recrutement à temps partagé) répond aux sables mouvants actuels du monde de l'entreprise. Plus que jamais ballottées entre les désidératas des candidats et leurs besoins de talents en fonction de leur carnet de commandes, différentes solutions s'offrent à elles. Le RPO, parmi tous les acronymes qu'il faut se farcir, est sans doute une solution qui, bien qu’ancienne, n'en devient pas moins hype à l'aube de 2020. Pourquoi, comment ? Allons voir si le RPO fait bien son boulot...

Qu’est-ce que le RPO ?

Le RPO, ou l’externalisation du recrutement, consiste pour une entreprise à demander à une autre entreprise spécialisée RH de prendre les rênes de son recrutement, en partie ou en totalité. Pour autant, il ne s’agit pas de dire au service RH déjà en place « pousse-toi de là que je m’y mette » mais de travailler en bonne intelligence avec celui-ci, d’apporter son expertise, et pourquoi pas de mêler les deux. Il s’agit aussi, bien sûr, d’aider les entreprises qui ne disposent pas d’un véritable service RH, ou qui manquent de personnel pour faire face à des pics d’activité, ou encore celles qui se développent, comme les start-ups, et ont besoin d’un accompagnement dans leur recrutement.

Ce système, venu d’Outre-Atlantique, s’est peu à peu développé sur le sol français il y a une quinzaine d’années. Mais, à la faveur du changement de paradigme dans le recrutement, de la recherche de talents rares et des besoins ponctuels spécifiques auxquels l’intérim classique ne répond plus, il s’est refait une beauté ces derniers temps.

Quand faire appel au Recruitment Process Outsourcing ?

Prises entre le marteau et l’enclume du budget à équilibrer et des talents à trouver – avec tout ce que cela comporte de hard et soft skills – les entreprises ne choisissent plus le RPO comme elles le faisaient il y a encore 5 ans. Si la baisse du budget recrutement est toujours une réalité, celle-ci concerne désormais et avant tout la part allouée aux chasseurs de tête, principalement dans les grandes entreprises. En choisissant le RPO, elles font le plus souvent une économie et ne découvrent pas de frais cachés sous le tapis.

Ensuite, le RPO répond parfaitement à une réalité : la flexibilité et les pics d’activité, alors que les profils spécialisés sont difficiles à dégotter. Que ce soit pour l’industrialisation d’une innovation, la recherche et le développement, ou pour toute autre cause valable, les besoins fluctuent. Parfois, un important volume s’avère impératif mais il est impossible à gérer en interne. Demander de l’aide n’a rien de honteux…

Faire appel à l’externalisation a aussi pour intérêt d’harmoniser sa politique de recrutement et ainsi d’améliorer sa marque employeur. Les entreprises RPO développent en effet un véritable aspect marketing pour attirer les talents et cibler les meilleurs jobboards. Ou alors, elles font un pas de côté vers des solutions de recherches de candidats plus confidentielles mais plus qualitatives. Le sourcing pointu RPO – de la recherche du besoin, à la pré-qualification des candidats, jusqu’à l’entrée en poste – se fait toujours dans le but de mettre en avant l’entreprise et ce qu’elle propose. Pour cela, l’entreprise RPO crée une proposition ciblée et homogène en ligne, puis concrétise le matching en approfondissant la connaissance des candidats.

Comment les missions RPO vont-elles évoluer ?

Si elles le font déjà, les entreprises RPO proposeront des services de plus en plus pointus, de sorte à trouver plus rapidement les meilleurs profils. Pour autant, elles ne seront plus seulement des recruteurs, travaillant sur le sourcing sans en sortir.
Petit à petit, le RPO deviendra une solution intégrée à l’entreprise dans tous ses besoins RH : du sourcing à la mobilité interne, jusqu’à la cooptation. En résumé, le RPO devra faire preuve d’efficacité pour montrer qu’il est aussi capable de regarder à l’intérieur, de sorte à faire partie du développement de l’entreprise, à travers ses collaborateurs déjà en place.

RPO : à quoi ça sert véritablement ?

Petit récapitulatif des épisodes précédents. Le RPO est avant tout une solution externalisée de recrutement. Celle-ci permet de :

  • Optimiser les pics d’activité et donc de recrutement : grosse entreprise ou petite boîte en phase ascensionnelle, toutes doivent gérer des pics d’activité ou des impératifs de production pour se développer.
  • Réduire le budget recrutement: la vérité est peut-être ailleurs, car il faut bien sûr multiplier le nombre de recrutements et l’ajouter au coût global du contrat RPO. Cependant, si une entreprise s’échine à recruter les mauvais candidats ou à ne pas recruter faute de moyens humaines, elle y perd dans tous les cas financièrement.
  • Mieux cibler ses recherches: avec de meilleures ressources et une veille constante, le sourcing des RPO est imbattable au jeu de la recherche de candidats spécifiques ou de profils en pénurie.
  • Harmoniser son recrutement et ainsi améliorer sa marque employeur: c’est un secret de polichinelle, les entreprises ne sont pas toujours à l’aise avec cette notion leur permettant d’attirer les bons candidats et d’avoir du sex-appeal sans mentir sur la marchandise. Avec les « nouvelles » méthodes de recrutement en ligne, mieux vaut avoir une cohérence dans ses propositions et un contenu web qui donne envie d’en savoir plus. Valoriser son image n’est pas chose aisée lorsque l’on a été habitué à recevoir des CV en masse avec l’embarras du choix. Sauf qu’aujourd’hui, la balle est dans les deux camps. Des vidéos aux photos, le RPO gère donc l’aspect publicitaire.

 

Parfois critiqué, parce que trop anglo-saxon, le RPO est pourtant une solution idéale pour répondre aux besoins actuels de recrutement, entre millenials exigeants et profils introuvables.

Vous souhaitez externaliser tout ou partie de vos recrutements ?

Contactez-nous

Rédigé par François Gougeon,

Co-fondateur de Happy to meet you

Ces contenus pourraient vous intéresser !

Dur, dur de recruter un développeur ou une développeuse, n’est-ce pas ? Et si nous vous livrions nos conseils miracles pour réussir votre pêche aux talents ! Les études, la réalité du terrain, tout le démontre : de nos jours, il est difficile de trouver un développeur disponible. Alors que plus de 95 % des devs (c'est leur petit nom) français sont déjà en poste, comment faire pour les attirer dans vos filets ou plutôt pour leur donner envie de venir travailler chez vous ou ne serait-ce que pour les intéresser à votre proposition. Notre bon cœur nous oblige à vous confier les clés des bonnes pratiques pour enfin réussir à embaucher la perle qui manque à votre entreprise.

Lire la suite

Selon une étude menée par Manpower en 2019, 29% des entreprises rencontrent des difficultés de recrutement. La pénurie de talents constitue une tendance depuis 10 ans maintenant, qui ne semble pas près de s’arrêter. Le cabinet de recrutement américain Korn Ferry prédit ainsi que la France manquera d’1,5 million de salariés très qualifiés d’ici à 2030 ! Alors, qui sont ces profils pénuriques et surtout, comment les séduire ?

Lire la suite

Poser des questions en entretien d’embauche lorsque l’on est candidat, c’est important pour montrer son implication, mais encore faut-il trouver les bonnes… Voilà un casse-tête pour de nombreux candidats : questionner le recruteur sans commettre d’impairs pouvant mettre en péril leur candidature. Rassurez-vous, voici une compilation subjective des questions interdites en entretien d’embauche, comme ça vous êtes prêt et ça, c’est bon pour le moral !

Lire la suite

flashbag